le travail c’est la santé…

On connait tous cette phrase tirée d’une chanson très populaire. Oui cela était vrai peut-être à une époque où travailler était perçu comme une formidable réussite sociale… Je suis conscient que ça a permis à notre pays de connaître des heures fastes et glorieuses, un moral plus qu’enviable, mais cependant l’être humain est un esclave du travail.

Comment avons-nous fait pour admettre qu’échanger notre temps, qui est la chose la plus précieuse que l’on possède, par de l’argent ?

Je me pose encore et toujours la question. Certes, vous allez me dire que l’argent nous permet d’accéder à une multitude de chose fondamentales comme, une meilleure santé, une bonne alimentation et éducation… En me relisant, je m’aperçois que je continu à entretenir un discours utopique. Pourquoi ? Simplement, parce que lorsque je regarde la société dans laquelle je vis, il y a deux catégories de personnes. La première est celle que j’appelle, la catégorie des « contres », ceux qui n’acceptent pas les opportunités que « le progrès » a apporter. Ils nient tout en bloque, sous le prétexte que l’argent est mauvais. La deuxième, serait celle des « pour », mais avec une nuance frappante. Ayant de larges possibilités de réussites sociales, autre que le salariat, ils n’utilisent cependant pas la totalité du panel qui leur est offert, prenant des choix « par défaut » d’accepter les miettes, et de ce contenter du peu.

Cette façon de faire d’une partie de cette catégorie, les amèneront toujours à revenir au point de départ, car ils seront convaincu qu’à long terme, les choses ne changeront pas et donc pour se rassurer, ils prendront le chemin qu’ils avaient déjà bien empruntés jusque là, en reprenant soulagés : « le travail c’est la santé », non sans une pointe d’amertume, que leurs peurs ne tardera pas à effacer.

Que les choses soient claires, je ne suis pas là pour dénigrer le travail, il est noble de travailler lorsque cela permet de mettre en place un but honorable, de façon humaine et en totale respect de sa propre condition.

Je vous invite à lire ces quelques lignes, à vous interroger sur le sujet. N’hésitez pas à débattre, à vous questionner. Établissez des groupes de paroles, suscitez des débats et faites avancer à votre manière ce qui pourrait nous faire évoluer et nous permettre de ne plus être des esclaves persuadés que le fait de se sentir en sécurité en pensant juste que les choses ne changeront jamais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s